GRÈCE

The Dunes, The Bay, The Hills sont quatre parcours à découvrir absolument.

Costa Navarino c’est tout d’abord une histoire d’amour pour la région de la part d’un fils issu d’un milieu modeste et devenu armateur. Il s’est attaché à racheter depuis 1985 des terres peu utilisées alors, tout en préservant le biotope si particulier de cette région. Résultat, une nouvelle destination golfique et touristique hors du commun en Messénie, au sud-ouest de la péninsule du Péloponnèse, une plaine qui, à l’Antiquité, était considérée comme l’une des plus fertiles de Grèce. 

Nombre de raisons expliquent que ce resort soit apparu sur les radars des golfeurs en 2011 pour ne plus jamais en disparaître. Le premier tracé, The Dunes, a été pensé par le joueur professionnel allemand Bernhard Langer. Il jouxte, sans en pâtir, le resort et la campagne plantée d’oliviers. Le second, The Bay, est un design Trent Jones qui s’est installé en bord de mer mais aussi à flanc de montagne. Ce dernier a tout d’une symphonie ! Il démarre à l’américaine, avec un superbe et intimidant green en presqu’île en trou de départ puis on déroule pour les numéros suivants entre les oliviers et enfin la mer et la montagne alentour. 18 trous qui vous engagent, lors de doux dénivelés, à un golf naturel et sportif. C’est superbe tout du long, même le practice, à flanc de montagne, vaut le détour, tant il est unique, imposant et élégant. Les sensations de golf seront inoubliables et accompagnées d’une quiétude totale ! Les deux derniers dessins, The Hills, sont de José Marίa Olazábal.

A Costa Navarino, on a le droit d’être véritablement enthousiaste devant des parcours et un resort respectueux de l’environnement. Les oliviers sont omniprésents – des milliers d’entre eux ont en effet été replantés à dessein – mais les vignes aussi font sensation. Certains trous vertigineux de Navarino Dunes mettent en valeur la végétation sauvage et majestueuse à des kilomètres à la ronde entre mer et collines. Parce qu’à côté des parcours, un domaine écologique rare resplendit : une réserve d’oiseaux, des champs de lavande, une faune et flore au top où les tortues pondent dans le sable des plages et les caméléons d’Afrique lézardent non loin de cette mer Méditerranée au goût antique. Si on ajoute à ces louanges que les parcours sont méticuleusement entretenus afin de les jouer dans des conditions optimales, la motivation sera grande de voler vers la Grèce.

http://www.costanavarino.com/

Costa Navarino, c’est un insolent complexe hôtelier qui longe la côte sauvage du Péloponése, avec deux adjectifs comme code de conduite : luxueux et respectueux. De jolis qualificatifs jamais vains. Luxueux car il s’agit de deux hôtels haut de gamme, un Westin et un Romanos, qui offrent piscines et villas privatives, face à la mer non loin de cette baie à l’histoire puissante. Le 20 octobre 1827, la bataille navale dite de Navarin se déroula dans la baie du même nom, entre la flotte ottomane et une flotte franco-russo-britannique dans le cadre de l’intervention des futures Puissances Protectrices lors de la guerre d’indépendance grecque. La défaite ottomane fut totale et la Bataille de Navarin, étape décisive de la lutte pour l’indépendance de la Grèce, fut célébrée par Victor Hugo dans un long et vertigineux poème dans Les Orientales :

“Enfin ! – C’est Navarin, la ville aux maisons peintes, 

La ville aux dômes d’or, la blanche Navarin, 

Sur la colline assise entre les térébinthes, 

Qui prête son beau golfe aux ardentes étreintes ok

De deux flottes heurtant leurs carènes d’airain.”

Cette baie, qui n’a rien perdu de sa poésie, suscite aussi une vraie sympathie pour cette fantastique région négligée touristiquement. 

Les deux hôtels de Costa Navarino sont posés le long d’une plage de sable de plusieurs kilomètres, protégée par un vert maquis qui naturellement la borde. The Romanos, luxury collection, et un autre plus familial mais non moins agréable, The Westin resort, proposent aux familles comme aux golfeurs une infrastructure de rêve. Des piscines en rdc pour presque toutes les chambres, pour Romanos. Un design intérieur où le marbre se conjugue au bois noble pour s’attirer la fraîcheur et le calme. De délicieux restaurants sont posés sur l’eau ou à l’ombre des parasols. Voidokilia beach, à cinq minutes du resort, est une plage classée dans le top 10 des plus belles plages du monde, selon le NY Times.

Et toujours cette tranche d’Histoire à Navarin racontée par Victor Hugo qui résonne encore de nos jours :

“Ici, l’Europe : enfin ! l’Europe qu’on déchaîne, Avec ses grands vaisseaux voguant comme des tours.”

Previous Post Next Post
By
Thomas Bourdeau, journaliste, a parcouru les plus beaux parcours de golf de la planète pour la presse spécialisée. Un séjour golf se métamorphose en carnet de voyage par le biais de son écriture et de ses clichés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.